Se connecter pour vérifier ses messages privés 



FAQ

 Liste des Membres 

 Groupes d'utilisateurs 

Profil

S'enregistrer

Connexion



[3D]Compte-rendu du salon Dimension3

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Années Laser Index du Forum -> Rencontres et Salons
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
stof
Nombre de messages :
Nombre de messages :


Inscrit le: 15 Juin 2001
Messages: 901

MessagePosté le: Jeu 03 Juin 2010 16:28    Sujet du message: [3D]Compte-rendu du salon Dimension3 Répondre en citant

Bonjour,

Vous pourrez retrouver cet article et tout ce qu'il faut savoir sur la 3D ici.

En attendant je vous recopie ce qui concerne ce salon ci-dessous.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
stof
Nombre de messages :
Nombre de messages :


Inscrit le: 15 Juin 2001
Messages: 901

MessagePosté le: Jeu 03 Juin 2010 16:28    Sujet du message: Répondre en citant


    01 au 03 Juin 2010, Dock Pullman, Seine-Saint-Denis, Ile-de-France

Site internet --> http://www.dimension3-expo.com/

Introduction
Autant le dire tout de suite plutôt que d’être surpris au cours de l’article, il apparaît clairement que si la 3D grand-public est à 99% de type « Active Shutter » (le 1% concerne LE vidéoprojecteur LG), il faut bien constater que la technologie utilisée par les professionnels est à l’inverse quasiment exclusivement passive (image polarisée). Et il me semble bien qu’en général le ghosting/crosstalk est assez nettement plus faible que sur les solutions actives…
2010 est une année vraiment intéressante car la 3D a déjà commencé à toucher le grand public pour la première fois, et cet engouement profite à tout le monde et on voit que chacun essaie de faire avancer les choses à sa manière. Il y aura des pistes sans issues, d’autres prometteuses, d’autres réservées à des usages particuliers mais un salon comme celui-là permet de montrer l’étendue couverte par la « 3D » (et l’étendue de qualité que ce soient les diffuseurs où les sources).


JVC
Grande nouvelle : la marque arrête complètement dans le monde entier la production de téléviseurs grand public.
Les écrans produits 3D ou pas ne seront donc plus que destinés au marché professionnel. Evidemment, étonné, je demande si cela touche les vidéoprojecteurs D-ILA. Non, quand-même, et j’ai même une information non-officielle comme quoi JVC pourrait sortir un modèle 3D d’ici la fin de l’année…

Sur le stand (mais aussi dans d’autres stands) était présent le 46’’ GD-463D10 (polarisé donc) à 7000 euros. Je m’étonne quand-même du prix, mais je n’ai pas eu d’autre réponse que la précision d’alignement du filtre sur la dalle… bon…

Mais le but de ce stand était surtout de montrer un processeur externe dédié IF-2D3D (29000 euros) qui fabrique de la 3D à partir d’une source 2D (origine : Blu-Ray Avatar, et résultat infiniment plus convaincant que les démos de conversion 2D-->3D vues sur les téléviseurs Samsung, évidemment à des prix sans comparaison) ou qui gèrent 2 sources en entrée issues de 2 caméras différentes par exemple.

« Nous avons travaillé avec James Cameron pour Avatar ». Mais ils sont combien à avoir travaillé avec lui ?! En fait si Panasonic utilise aussi l’argument, c’est pour les caméras. A priori, pour visualiser le rendus, ils utilisaient des LCD polarisés de JVC.

Idem pour l’émission de La Nouvelle Star de M6 diffusée il y a quelques jours : s’il y avait bien des caméras Panasonic (et des plasmas Panasonic cette fois), JVC était aussi présent avec ce système de conversion 2D-->3D dans des situations où l’on ne pouvait pas monter de caméra 3D trop lourde ou trop encombrante (steadycam, grues).
Un autre exemple d’utilisation du processeur, est pour les caméras embarquées dans les courses de Nascar. En effet, une caméra 3D nécessite un ajustement précis des 2 objectifs (en plus des considérations d’encombrement), ce qui est impossible avec toutes les secousses de la voiture.
Par conséquent, les solutions de conversion 2D-->3D ont non seulement un avenir pour la conversion de contenu initialement en 2D, mais également en accompagnement (dans la mesure du raisonnable) d’une solution de vraie 3D.



Miracube
Avec JVC, c’est la marque la plus présente d’écrans polarisés dans les différents stands.
Polarisation circulaire avec lunettes en carton (comme les anaglyphes, comme quoi, ça ne coûte vraiment rien la solution passive…). Sur une démo issue d’images filmées par des caméras présentées par un stand, le crosstalk était bien visible, comme quoi il faut faire très attention à la source.



Différents softwares de post-production 3D
Moins intéressé par cette partie-là, je n’ai pas forcément relevé les noms, mais j’ai assisté notamment à une démonstration de traitement 3D en post-production sur le film Street Dance 3D.
Différents exemples : correction d’alignement, correction colorimétrique générale applicable selon plusieurs modèles de caméras, et puis entre les images gauche et droite (pour une raison ou pour une autre, il peut y avoir à un moment un écart de netteté, de colorimétrie ou autre entre les 2). C’est corrections sont apportées en temps réel et visualisées sur un écran Miracube (polarisé).


Alioscopy
Plusieurs modèles autostéréoscopiques présentés. Malheureusement, même si ce sont les meilleurs (moins pires) des écrans de ce type, ce n’est pas encore au point pour le home-cinéma (c’est même assez moyen pour du marketing, mais en même temps, c’est obligatoire comme manière de présenter de la 3D à un public non équipé de lunettes, alors cela a bien une raison d’être).
Il y avait un écran 46’’ à 8 points de vue (en fait, il ne faut pas s’attendre à tourner autour de la scène, ces points de vue sont plus conçus pour plusieurs spectateurs).
Les défauts sont innombrables : lignage (en diagonale) due à la grosseur des lentilles (et j’imagine de la résolution divisée par 8 ), scintillement (le commercial dit que cela vient de l’électronique, soit mais on a à 26 ans de développement, je m’attendais à mieux). Un autre écran plus petit pour PC ne semblait cela dit pas atteint du scintillement (et au lignage plus faible, ce qui est logique si la résolution est identique pour une diagonale plus petite).
Pour passer d’un point de vue à un autre, il y des petits « sauts » avec entre les deux une zone de flou ; cela dit, même en étant à une bonne position, j’ai quand-même vu du crosstalk !


Il y avait aussi des « photographies lenticulaires » : cette fois une image fixe est présentée mais avec 60 points de vue. Cela ne change pas le confort de visionnage mais étend à un cercle plus large la position des utilisateurs. Il est toujours aussi difficile d’avoir une bonne position : il y a souvent une partir de l’image qui est couverte par un point de vue que l’on ne « devrait » pas voir quand on se déplace.

Enfin il y avait un écran à terre qui se reflétait sur un miroir pour un effet d’image 3D flottant dans un cadre en verre.


Comme déjà dit dans l’interview que j’avais faite il y a quelques mois, les applications de ces écrans concernent le marketing (aéroports et gares, grands magasins, salons…) ou le médical.

Tridelity
Une autre entreprise plus jeune (7 ans) dans le domaine de l’autostéréoscopie.
Elle présentait un modèle de 57’’ à 5 points de vue (MV5700). Inutile de s’attarder, c’est moins abouti encore qu’Alioscopy. Des modèles plus petit existent aussi en « single view » comme le 21’’ SV2100S.


3DTV
La société propose des solutions allant de la prise de vue à la restitution, mais ce qui m’intéresse ici c’est l’écran affichant une image fixe en 3D autostéréoscopique mais où cette fois contrairement aux autres démonstrations on peut réellement tourner autour de l’objet.



Sony
Quelle chance, ils vont pouvoir me donner toutes les informations techniques sur les capacités de la PS3 pour l’image et le son par HDMI 1.3.
Et bien non, ce n’était pas leur point fort, je n’ai rien appris de plus : la PS3 pourra sortir un signal Full HD en 3D. Pour savoir si on peut sortir en même temps l’audio et si on passe par un ampli 1.3 avant d’attaquer l’écran, pas plus de réponse. Cela dit, ils m’ont fait remarquer (j’avais complètement oublié) que la PS3 a une sortie optique (c’est déjà un minimum garanti pour l’audio même si cela ne résout pas les capacités de la sortir HDMI concernant l’audio).

J’ai pu jouer à Motorstorm Pacific Drift en 3D (l’un des 4 premiers jeux rendus compatible par Sony)… et bien si la 3D en elle-même est un gros plus, le résultat était assez vilain avec énormément de ghosting (les contours des roches étaient très nettement dédoublés) !!!
Je ne pense pas que les écrans Sony soient moins bons que les Samsung par exemple puisqu’à côté un autre écran Sony diffusait Alice au pays des merveilles avec un ghosting bien plus raisonnable… Le firmware de la PS3 serait-il à améliorer ou le jeu lui-même (devenu 3D par patch)?


Quelques informations issues de leur plaquette :
Avatar = 15 millions d’entrées en France
15 films 3D réalisés aux USA en 2009, et 99 films 3D planifiés jusqu’en 2012.
Affichage professionnel : Sony aussi fabrique des écrans polarisés ! (LMD-2451TD & LMD-4251TD).
Au cinéma, le projecteur (polarisé aussi) SRX-R320 est de résolution 4K, ce qui lui permet d’atteindre en 3D la résolution acceptable de 2K.
Depuis son lancement en 2006, il s’est écoulé 34 millions de PS3 dans le monde dont 2.3 millions en France.
Sony travaille actuellement sur le développement d’ordinateurs portables en 3D. Les 1iers VAIO 3D seront disponibles d’ici la fin de l’année 2010.


Samsung
Rien à dire de particulier, il fallait être à ce salon et ils l’ont fait avec leur série 8.
C’est tout.

Hundai
Tiens, ils font des écrans polarisés eux-aussi… Vu sur le stand Eutelsat (qui diffusait la démo…à partir d’un Blu-Ray !)
Eutelsat qui est à l’origine du cal de démonstration EUROBIRD 9A en plus de la diffusion de contenus pour les cinémas comme le concert de Julien Clerc le 16/07/2009.


BeinRelief
Nous ne sommes plus dans le home-cinéma mais c’est mon coup de cœur du salon !
Ce qui est beau, c’est que c’est d’une simplicité enfantine, et d’un résultat complètement bluffant (désolé pour les photos d’une qualité médiocre qui ne rendent pas justice au procédé…). Et en plus on comprend clairement la cible de cette invention (qui ne date pourtant pas d’hier dans son principe).
Visitez leur site qui propose plein de vidéos explicatives de ce qu'ils font (il y a bien plus de produits que celui présenté ici)

Il s'agit ici du "Dreamoc"
Ce qu’on voit : une image flotte au milieu d’un dispositif en forme de pyramide en verre.
Principe : 3 images sont diffusées par un écran LCD en haut de cette pyramide (appelons-là un prisme, ce qui nous aiguille sur le procédé) en direction de chacune des faces du prisme. Le prisme diffracte alors la lumière vers son centre et on obtient une image constituée de 3 images.

Exemple : une bouteille (réelle) de Coca classique est enfermée dans ce prisme. L’image vue de face montre des bulles qui remontent ; l’image de gauche projetée sur la bouteille représente une bouteille de Coca Light.
C’est de la « réalité augmentée ».

Prix du dispositif : 4200 euros (c’est rien du tout pour présenter des bijoux ou faire de la publicité).



Auro 3D

Parce que dans la 3D il n’y a pas que l’image, voici une démonstration multicanale (fallait oser justifier la présence à un tel salon mais soit…).
Une configuration 9.1 était présentée avec un principe qui consiste à multiplexer dans un signal 5.1 ces canaux supplémentaires qui sont Avant G&D en hauteur et Arrière G&D en hauteur. Comme ce que propose les DPL2z pour l’avant de manière artificielle mais à partir d’un mixage réellement 9.1.
Reste plus qu’à vendre les brevets à Dolby et DTS et à faire acheter toutes ces enceintes au grand public…


DepthQ (Lightspeed Design)
La marque présentait un vidéoprojecteur DLP 3D (120Hz, 1280x720) qui peut fonctionner avec les lunettes actives sans fil 60GX et un modulateur de polarisation optionnel (SGS17SX ou 21SX) placé devant pour diffusion sur écran argenté.
Le polarisateur peut créer une polarisation circulaire ou linéaire.
Il fonctionne avec tout projecteur diffusant à 120 Hz initialement prévu pour une utilisation active en le transformant en un vidéoprojecteur pouvant être utilisé avec des lunettes passives.
Le résultat était aussi concluant que sur les écrans LCD passifs.



Trioviz
De l’anaglyphe, ici ? Alors certes, j’ai pu constater que cela fonctionnait bien mieux que l’anaglyphe utilisant les lunettes rouge/cyan, mais on est quand-même dans l’année où on est sensé entrer dans de la « belle » 3D…
On y reviendra plus loin dans la partie conférence sur les jeux vidéo.


XCanvas (LG)
Vu sur le stand Assimilate (logiciels)
J’ouvre des yeux ronds quand je tombe sur cet écran dont la marque ne me dit absolument rien. En rentrant, après quelques recherches sur Internet je vois que c’est LG qui fait ça. Pourquoi se cacher comme cela ?
http://fr.akihabaranews.com/21888/image/2-nouveaux-lcd-xcanvas-de-lg-avec-support-du-bluetooth


Fujifilm
En démonstration, un appareil photo avec écran autostéréoscopique intégré (500 euros), ainsi qu’un « cadre photo » (qui diffusait une vidéo) autostéréoscopique (350 euros).
Si l’image affichée par l’écran est peu convaincante (difficile de s’exclamer en famille devant en l’état), c’est carrément la catastrophe sur celui de l’appareil (c’est même difficile dans cette bouillie de voir un vrai effet 3D).


Infitec
Système de filtres d'interférences (technologie aussi connue sous le nom Dolby 3D pour le public) équipant 2 vidéoprojecteurs superposés (des Projection Design ici comme dans plusieurs autres stands) avec lunettes passives correspondantes. L'avantage de cette technologie par rapport à la polarisation est de s'affranchir de l'écran métallique.


Magnetic3D
Pas de stand propre mais un écran visible (toujours à technologie passive)


Narboni
Création d’affiches de films ou de jaquettes, marque pages et autre supports marketing lenticulaires. Ce sont eux par exemple pour la couverture lenticulaire du magazine Les Années Laser pour le film King-Kong.
Matières possibles : vinyle souple ou rigide, film holographique, lenticulaire, polystyrène, polyester, PVC, Polypropylène, PVC recyclé, PLA, Adhésivage, Collage de mousse, Magnétique, Support pelliculé métallique.
Encres : traitements effaçable à sec, vernis brillant ou mat, encore odorante, révélable au chaud ou au froid, encore métallique, phosphorescente, grattable, fluorescente.
A noter leur très belle plaquette (d’où viennent ces informations) avec au dos des exemples de différents rendus (3D, Morphing, Spiral, Slide, Flip, Zoom, Animation).
J'ai demandé combien pour une affiche de taille standard (à propos de celle de Destination Finale 4 très sympa); ça dépend de l'épaisseur du support mais de l'ordre de 1500 euros le master puis 300 euros par exemplaire.


3DMag
Un magazine entièrement consacré à la 3D. Nous en sommes au numéro 2.
L’abonnement d’1 an (6 numéros) coûte 38 euros (25 euros pour les étudiants).
Je l’ai feuilleté rapidement, il donne essentiellement des conseils sur la réalisation de films en 3D en plus des dossiers comme les effets d’Avatar, etc.

Quelques images de caméras pour finir



Dernière édition par stof le Mer 30 Juin 2010 14:26; édité 12 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
stof
Nombre de messages :
Nombre de messages :


Inscrit le: 15 Juin 2001
Messages: 901

MessagePosté le: Jeu 03 Juin 2010 16:32    Sujet du message: Répondre en citant

Salon Dimension3 (suite)
Il y avait plusieurs conférences sur 3 jours mais je n'ai pu en faire qu'une seule



--------Conférence "Le jeu S-3D, un nouveau monde"--------


Partie1 : Marco Neiva (Hypercube)
Présentation d’une bande annonce de Call of Duty Modern Warfare 2 (nul au niveau relief), puis d’une vidéo « in game » d’Avatar et d’Assassin’s Creed (très agréable).
Un petit historique du jeu vidéo en 3D évoque le Segascope 3D à Shuyyer Glass (déjà !) (1988), le Nintendo VirtualBoy (1995) avec Tetris3D, Vertical Force, Red Alarm. J’ai vu aussi une vidéo d’un jeu où Link se bat contre Kilik mais je ne sais pas de quel jeu c’est issu.

Désormais, plusieurs choix s’offrent à nous :
-la stéréo native qui assure la qualité technique et artistique désirée par les concepteurs
-la 3D par traitements de type NVidia qui utilise des informations volumétriques et autres pour fabriquer de la 3D.
-la 3D autostéréoscopique via la nouvelle console de Nintendo 3DS

Partie2 : Alexis Arragon (chef de produit Darkworks)
A travaillé sur le procédé Trioviz pour « le jeu de l’année », à savoir Batman Forever (ne riez pas, le jeu a bel et bien été présenté comme tel !).
Il y a déjà beaucoup de contraintes dans le domaine du jeu vidéo et beaucoup de développeurs voient d’un mauvais œil l’allongement des temps de traitement induits par l’ajout de la 3D. Et il n’est pas question de changer la manière de programmer un jeu.
Avec le procédé Trioviz, cela n’ajoute que 2 ms par frame pour passer d’un rendu 2D à un rendu 3D.
Le relief est obtenu à partir de l’image 2D et du « z-buffer » (autrement dit la carte de profondeur).
Il n’a fallu que 4 jours pour convertir tout le jeu par ce procédé (1 pour les séquences de jeu, 1 pour les animatics, et 2 jours de debug/contrôle).
Démonstration à l’appui, les couleurs sont bien moins massacrées qu’avec du rouge/cyan, mais la colorimétrie me paraît de toute façon très limitée dans ce jeu ; et puis ça ne fonctionne pas bien pour le blanc qui évidemment donne un mélange des 2 couleurs.
Mais le SDK de Trioliz permet également de convertir un jeu pour la 3D « Active Shutter ». Là aussi, c’est toujours 2ms de plus par frame pour du 30fps.
On termine par une démo justement de Gears of War 2 (il précise que c’est une démo technique que l’éditeur accepte de laisser diffuser mais qui ne veut pas dire que ce jeu va sortir en 3D).


Partie3 : François Ruault (responsable division Microsoft Entertainment France)
Il commence par présenter le projet Natal ; c’est intéressant mais c’est une simple vidéo disponible sur Youtube…
La caméra du dispositif repère 48 points significatif sur le corps d’une personne (idem pour les autres personnes de la pièce) et par infrarouge les mouvements sont connus en nature et en vitesse.
Si les 48 points n’ont pas tous été identifiés (parties cachées ou absentes), elles sont complétées automatiquement. Si une personne passe devant vous pendant le jeu, cela n’a pas d’incidence.
La démo montre sur un jeu de skate que l’on peut faire reconnaître au jeu son propre skate et ensuite sauter devant son écran pour se voir faire du skate dans le jeu.
On peut aussi se voir avec différents vêtements, jouer à un jeu où la voix de chaque joueur sera reconnue, etc.

Plus globalement, Microsoft a annoncé au salon Computex différents accords pour créer un label 3DPC.

Puis une vidéo montre les projets dans un délai de 5 à 10 ans (il s’agit de réalité augmentée mais c’est pas du tout clair au niveau des procédés, c’est sûrement volontaire…)

Une personne du public pose une question sur le Sixth Sens développé au MIT pour savoir si cela rentre dans les projets (rappel : on porte une caméra/projecteur autour du coup et cela permet d’interagir avec l’environnement par ajout d’informations issues de l’appareil en gros).
Microsoft ne se ferme aucune porte mais pour lui la principale direction est de faire de l’homme uniquement le propre dispositif sans s’encombrer d’accessoires.


Dernière édition par stof le Jeu 03 Juin 2010 17:01; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
stof
Nombre de messages :
Nombre de messages :


Inscrit le: 15 Juin 2001
Messages: 901

MessagePosté le: Jeu 03 Juin 2010 16:33    Sujet du message: Répondre en citant

Salon Dimension3 (suite)
Présentation de différents court-métrages

Voici la liste ci-dessous :


J’ai particulièrement apprécié la publicité pour Mercedes qui exploite bien les possibilités de la 3D, et au niveau artistique j’ai bien aimé l’idée du court-métrage Puzzle qui mélange 2D et 3D : par exemple cela commence en 2D puis l’homme dont on suit l’histoire devient une silhouette dans laquelle on voit un contenu 3D.

Bilan du salon
Dimension3 a accueilli 3500 visiteurs en provenance de 30 pays différents (affichant une croissance de + 230% par rapport à 2009). Dimension 3 a fédéré la majorité des acteurs de l’industrie de la 3D relief avec 52 exposants leaders et prescripteurs et 120 conférenciers français et internationaux qui ont relayé leurs expériences, fait état de leurs recherches et présenté les dernières technologies 3D.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Années Laser Index du Forum -> Rencontres et Salons Toutes les heures sont au format GMT - 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

   Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Réalisation Les Années Laser